Espace Pharmacien
Espace Pharmacien
Une nouvelle plateforme pour toutes vos commandes
De nombreuses fonctionnalités et systèmes de recherches rapides
Tunnel de commande multi-fournisseurs
/
/
Petite histoire des vaccins, de l’Antiquité à nos jours
histoire des vaccins

Petite histoire des vaccins, de l’Antiquité à nos jours

Multipliée par cinq depuis 1900, l’espérance de vie n’a cessé de croître, pour atteindre 79 ans dans les pays européens, 73 ans dans le monde. Outre l’avancée majeure de la vaccination liée à Pasteur et dont on estime qu’elle a contribuée à un gain d’espérance de vie d’au moins vingt ans, on doit compter sur les énormes progrès de l’hygiène, la découverte de l’antisepsie, le lavage des mains la découverte des maladies infectieuses et de leurs causes, et l’avènement des antibiotiques à partir de 1940.

Jusqu’au 17ème siècle : constats et essais
Dès l’Antiquité, on avait remarqué que les personnes atteintes une première fois de certaines maladies infectieuses ne tombaient pas malades une seconde fois.

18ème siècle : Jenner et la variole des vaches
A la fin du 18ème siècle, un médecin de campagne anglais, Edward Jenner, fait une découverte importante : une maladie bénigne des vaches, la « vaccine », ressemble à la variole. Les fermières, en contact régulier avec le virus de la vaccine en raison de leur métier, ne contractent pas la variole lors des épidémies. Jenner contamine une personne avec la vaccine via de petites incisions dans la peau. Puis s’efforce d’infecter son « cobaye » avec la variole, sans succès : celui-ci ne développe pas la maladie. Le nom de « vaccination » est donné à cette opération. Elle connaît un succès retentissant en Europe et donne lieu à l’organisation de grandes campagnes de vaccination antivariolique.

19ème siècle : Pasteur crée le premier vaccin atténué
C’est Pasteur qui en 1881, énonce le principe de la vaccination : (inoculer) « des virus affaiblis ayant le caractère de ne jamais tuer, de donner une maladie bénigne qui préserve de la maladie mortelle ».

1880-1930 : toxines, anatoxines et bacilles tués
Dans la lignée de Pasteur, des scientifiques démontrent que ce sont les toxines sécrétées par le bacille de la diphtérie et du tétanos qui rendent ces maladies redoutables. Ils découvrent également comment le corps se protège de la maladie : en fabriquant des anticorps. Tout cela ouvre la voie à la production de vaccins contenant des « anatoxines », des toxines modifiées pour leur faire perdre leur toxicité. C’est à cette période également qu’on découvre l’« effet adjuvant » de certaines substances, comme les sels d’aluminium, qui augmentent le pouvoir immunogène du vaccin en stimulant la création d’anticorps.

Les vaccins contre ladiphtérieet letétanosapparaissent dans les années 1920.

Parallèlement, les scientifiques concentrent leurs recherches sur des vaccins dirigés contre des maladies bactériennes : fièvre typhoïde, tuberculose et choléra. Les recherches s’écartent du principe d’atténuation du pathogène pour opter pour son inactivation : le vaccin contient des bacilles tués. Les vaccins contre la typhoïde et contre la tuberculose voient le jour, également dans les années 20.

1930-1960 : Nouveaux vaccins et vaccins combinés

Des progrès dans les méthodes de culture de virus permettent l’émergence de plusieurs vaccins viraux. On passe d’une culture sur des œufs, des embryons de poulet, des tissus d’animaux vivants… à des techniques deculture cellulaireen milieu synthétique, qui seront adoptées largement en Europe et aux États-Unis.

Un vaccin contre la fièvre jaune apparaît d’abord dans les années 30. L’Américain Jonas Salk met au point le premier vaccin contre la grippe, puis, 20 ans plus tard, le premier vaccin injectable contre la poliomyélite. Quelques années après, le médecin polonais Albert Sabin en propose une forme orale (prise par la bouche).

C’est également dans les années 50-60 que voient le jour les vaccins à plusieursvalences, offrant une protectioncombinéecontre plusieurs maladies à la fois. C’est le cas notamment du vaccin trivalent diphtérie–tétanos–poliomyélite (DTP) et du vaccin trivalent rougeole–rubéole–oreillons (RRO).

Après les années 60 : biotechnologies et génie génétique

Après les avancées en matière de culture cellulaire, les biotechnologies et le génie génétique permettent à la vaccination de continuer à progresser.

Des vaccins modernes peuvent par exemple s’appuyer sur la technologie de l’ADN recombinant : on insère un gène d’un virus dans une cellule (de levure, d’animal…) pour produire un antigène. Ce procédé permet le développement du vaccin contre l’hépatite B, au début des années 80.

Les progrès en matière de synthèse artificielle et les travaux sur les capsules qui entourent les bactéries conduisent peu après à la mise au point de vaccins contre les pneumocoques, les méningocoques A et C et l’Haemophilus influenzaede type b, responsables d’infections graves comme les méningites. Ces vaccins contiennent des substances issues de l’enveloppe bactérienne.

En 2006 apparaît un vaccin contre les infections à papillomavirus humain. Il permet de réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus. Depuis 2017, le Conseil Supérieur de la Santé recommande cette vaccination aux filles et aux garçons, pour les protéger également d’autres cancers et verrues génitales.

2019
Au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, Gary Kobinger, chercheur natif de Québec met au point la recette d’un vaccin contre Ebola, qui tue 90 % des personnes infectées. En 2019, l’entreprise Merck fait approuver le premier vaccin contre l’Ebola, basé sur les travaux de Gary Kobinger.

2020
Moins d’un an après la découverte du coronavirus SRAS-CoV-2, la pandémie accéléré les développements à un point qu’on aurait jugé impossible il y a peu.

Sources : https://www.vidal.fr/, https://www.vaccination-info.be/

Ne manquez pas nos infos santé !

Inscrivez-vous à la newsletter Ma Pharmacie et Moi

Partager cet article ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Plus d'articles

Promotions à ne pas manquer dans les pharmacies du réseau

BeauTerra Déodorant certifié Bio

BeauTerra - Gel lavant intime

- 20 % Sur les soins solaires BIODERMA

PARANIX produits anti-moustiques

Biseptine spraid

Bioderma Atoderm

Cys-Control Fort

Naturactive , Doriance capital soleil

Insect Écran Actif végétal

Hei Poa Pur Monoï

Paranix Poux

Insect Écran Après piqûres